BEATRITZ DE MONGALVANH
Oeuvres complètes



Enregistrament de Ràdio País
(Domenja Lekuona)

www.radio-pais.com/
 
La poésie médiévale occitane n’est pas l’apanage des hommes. Les femmes aussi l’ont illustrée : les trobairitz.

Reinat TOSCANO, Docteur en Etudes Occitanes, pendant plusieurs années chargé de cours de langue et littérature médiévales auprès du Centre d’Etudes Occitanes de l’Université de Nice, a rassemblé ici tout le corpus concernant l’une de ces trobairitz, Beatritz de Mongalvanh : vida, chansons, ainsi qu’une nouvelle.

De toutes ces compositions émane une forte sensualité, mettant en évidence une personnalité passionnée, originale et sans concession.


Quand vèn al mon nòva sazon
E-l rossinhòl tendra cançon
Afina e ditz,
Al prat l’èrba verdeja
E-l ram florís
Ont mon còr s’amoreja
E grand talent ai de chantar
Amor que-m vòl guizardonar.

En aquest temps m’es agradiu
Dins l’aiga clara d’un bèl riu
M’anar banhar,
Ma pèl leu desvestida
Se laissa anar
À far fina culhida
De fòrt plazer, de voluptat
Que l’aiga-m dona en doç combat.

E pueis las mans ménon lo jòc,
Ma pèl umida es leu en fòc
Ont gaug me vèn.
Al fons de las entralhas
N’ai major ben,
Soi presa dins las malhas
D’un aut torment caud e gaujós
Que n’ai lo còs tant dezirós.

Mos uèlhs golós d’autres sentirs,
D’autras amors, d’autres partirs,
Ar me son claus :
Un òm desse volria
Que-m fos esclaus
E-m portés en la via
Del jòi daurat e sobeiran
Que sol garís de tot afan.

Bèl cavalier, se ton camin
Te mena vèrs mon riu
Dins la frescor d’un clar matin,

Que ton anar fassa pausada
Al lòc tant agradiu
Ont me veiràs aissí banhada.

Beatritz de MONGALVANH (trobairitz lemosina dau s. XIII)

(òbra medievala dau jorn d'uèi)
Sur les premiers exemplaires diffusés, une petite erreur de mise en page a altéré la sextine présentée aux pages 31 à 33. Une version corrigée est téléchargeable ici.


SOBRAN DE LA PAGINA
LIBRES
QUESTIONS DE LENGA
BIOGRAFIA
PER LEGIR
ACUÈLH